top of page
Rechercher

150 M€ pour développer le covoiturage du quotidien



Le Gouvernement consacre 150 M€ au développement du covoiturage quotidien, avec l’objectif d’atteindre 3 millions de trajets quotidiens d’ici à 2027, contre 900.000 aujourd’hui. La voiture étant le premier mode de transport utilisé pour les trajets domicile-travail, le potentiel est là: 50 millions de sièges vides circulent chaque jour, estiment les services du ministère de la Transition écologique. Identifié comme un puissant levier dans la préparation de la LOM, soutenu dans le cadre d’un premier plan d’action et intégré au Forfait mobilité durable (FMD), le covoiturage quotidien a pâti de la crise sanitaire, avant de reprendre des couleurs à la faveur des hausses des prix des carburants, et de l’engagement d’un certain nombre d’autorités organisatrices de la mobilité (AOM).

Un bonus de 100€ (financé par le dispositif CEE), accordé aux nouveaux conducteurs inscrits sur une plateforme de covoiturage, devrait contribuer à relancer l’intérêt des Français pour cette solution. Le plan présenté par Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique, et Clément Beaune, ministre des Transports, comprend 14 mesures, dont 50 M€ de soutien aux collectivités locales qui proposent des incitations financières au covoiturage quotidien (1€ pour l’Etat, 1€ pour la collectivité), et 50 M€ pour subventionner les infrastructures de covoiturage (parkings, voies réservées…). Parmi les autres dispositions du plan, figurent la création d’un comité de pilotage regroupant AOM, employeurs et opérateurs de covoiturage, mais aussi des actions de communication et de sensibilisation.

Plébiscitées par les opérateurs de covoiturage, ces mesures devraient à la fois «déclencher le déclic grâce au bonus, et pérenniser le soutien des AOM, se félicite Julien Honnart, patron de Klaxit et de l’Alliance des Mobilités. Cette action conjointe de l’Etat et des AOM est indispensable pour massifier le covoiturage du quotidien.» Si la carotte des 100€ booste le recrutement de nouveaux conducteurs, le soutien financier des collectivités permet de convaincre des passagers. «Sans cela, le prix d'un trajet en covoiturage équivaut aux dépenses de carburant, et les gens préfèrent continuer à utiliser leur voiture en solo», indique-t-il. Le bonus s’appliquera à partir du 1er janvier 2023, et sera débloqué en deux fois pour 10 trajets effectués en moins de trois mois. Certains opérateurs de covoiturage ont d’ores et déjà annoncé des mesures commerciales supplémentaires: BlablaCar étend le bonus aux covoiturages longue distance (déclenché au 3e trajet), et Karos annonce 10 trajets passagers gratuits.


Sandrine Garnier

bottom of page