top of page
Rechercher

Automobile: Mobilians adopte le rétrofit


Les acteurs du rétrofit rejoignent l’organisation patronale Mobilians, qui représente les activités «aval» du secteur automobile. L’association des Acteurs de l’Industrie du Rétrofit (AIRe) devient ainsi le 20e métier de Mobilians, qui confirme sa conversion aux évolutions du secteur, après avoir intégré l’Alliance des Nouvelles mobilités. Présenté comme une solution de décarbonation alternative à l’achat d’un véhicule neuf, le rétrofit (électrique à batterie ou hydrogène) pourrait constituer, à terme, une activité complémentaire pour les ateliers de mécanique. Avec la montée en puissance de l’électromobilité, qui nécessite moins d’entretien que le thermique, les garagistes devraient en effet se voir privés d’une partie de leur chiffre d’affaires. Le rétrofit pourrait aussi constituer une solution relativement accessible pour les ménages qui ne peuvent se permettre l’acquisition d’une voiture électrique neuve, et limiter la percée des voitures chinoises. La question majeure est celle du potentiel réel du rétrofit, que les acteurs de la filière évaluent à 3 millions de véhicules d’ici à 2035. Pour y parvenir, il faudra d’abord structurer la filière, et commencer par obtenir les homologations indispensables: 35 sont espérées l’année prochaine.

Pour l’ex-CNPA, l’accueil du rétrofit constitue aussi une étape supplémentaire dans la transformation symbolisée par le changement de nom intervenu en début d’année. Une «orientation développement durable» que le président de l’organisation professionnelle, Francis Bartholomé, compte encore accentuer avec le concours des cabinets Ekodev et Carbone4. Il s’agit d’embarquer l’ensemble de la branche dans une réflexion stratégique sur la trajectoire de décarbonation, en définissant des scénarios, des objectifs et des leviers pour les atteindre. Une démarche qui revient «à assumer l’étendue de nos responsabilités en tant que mouvement patronal, pour rester leader sur la thématique de la décarbonation et porter un récit positif et mobilisateur sur l’automobile», souligne Xavier Horent, délégué général de Mobilians. Avec 500.000 emplois, la branche pèse aujourd’hui plus lourd en France que la construction automobile proprement dite. Il suffit de parcourir les allées du Mondial de l’Auto 2022 pour mesurer cet effacement: les constructeurs asiatiques, chinois en tête, y font face à un stand Renault bien esseulé, dans une ambiance crépusculaire. L'image fait écho aux propos tenus par le pdg de Stellantis, Carlos Tavares, qui fustige le dogmatisme de la généralisation du véhicule électrique, et plaide pour des solutions de transition.

Sandrine Garnier

bottom of page