top of page
Rechercher

Avec le véhicule électrique, priorité aux usages et au software


Avec le déploiement de l’électromobilité, le secteur de l’automobile est en plein bouleversement. «La valeur ajoutée passe de l’ensemble ‘motorisation/boîte de vitesse’ au software», résume Xavier Chardon, CEO Volkswagen Group France, invité par Brice Lalonde, président de l’association Equilibre des énergies (Eden), lors d’un atelier-débat le 15 juin. Pour les constructeurs historiques, il s’agit de s’adapter en développant les services numériques et en accompagnant le découplage entre possession et usage, de plus en plus prégnant chez les moins de 50 ans. «Sur certains modèles, on observe déjà 80% de location longue durée», ajoute-t-il. Avec le rachat d’Europcar, auquel la Commission européenne a accordé son feu vert fin mai, VW va pouvoir renforcer son offre de véhicules en location courte durée. A l'instar des autres constructeurs, VW propose aussi des solutions de charge par abonnement, notamment en partenariat avec Ionity. Et afin de réduire sa dépendance aux approvisionnements asiatiques, le groupe de Wolfsburg développe aussi sa propre production de batteries en Europe, pour partie avec Bosch.

Ces transformations touchent aussi l’ensemble de la distribution automobile. Le 16 juin, à l’occasion du 30e anniversaire de la Chaire Distribution & Services Automobiles (DSA), le directeur général de l’ESSCA (école de commerce) Jean Charroin, a annoncé le lancement d’un Institut ESSCA «Transports & Mobilités Durables». Dans une approche multimodale, cet institut aura pour mission de soutenir des réflexions et des travaux de recherche sur les comportements de consommation, la connectivité et l’autonomie des véhicules, ainsi que le management des offres de transport dans la smart-city, indique Marc Prieto, titulaire de la Chaire DSA. Au programme notamment, le développement des solutions MaaS, qui seront peut-être développées de façon plus efficace avec la contribution active du secteur automobile, sachant que la voiture individuelle reste le 1er mode de déplacement des Français.

Sandrine Garnier

bottom of page