top of page
Rechercher

Bras de fer avec l'Etat: Pécresse menace de ne pas payer le Grand Paris Express


Si le passe Navigo augmente à 100 € mensuels, ce sera la faute à Macron: c’est en substance l’argumentaire développé par la présidente d’Ile-de-France Mobilités (IdFM), Valérie Pécresse, à la recherche pour 2023 de 750 M€ pour boucler un budget de fonctionnement du réseau de transport, qui s’élève à 10 Md€. Les élus et leurs opérateurs estiment avoir fait leur part d’effort en trouvant 300 M€. Dans le détail, la Région et les Départements dégagent 100 M€, tandis que les bénéfices contractuels de la RATP et la SNCF seront rognés de 200 M€.

Pour appuyer leur démarche, les élus réunis en conseil d’administration le 10 octobre ont voté une délibération nommée «Non au passe Navigo à 100 €». Et ils attendent que l’Etat fasse le sien pour financer 450 M€. Les moyens suggérés: hausse du versement mobilité, TVA à 5,5% et transformation en subvention des avances remboursables lié au Covid. Faute de quoi, la collectivité devra faire appel à l’usager en augmentant les tarifs de l’abonnement annuel qui coûte aujourd’hui 75,2 € par mois. Autre menace, celle de ne payer en 2023 les frais de mise en exploitation (120 M€) du Grand Paris Express, que l’Etat transférera à l’autorité organisatrice.

Marc Fressoz


bottom of page