top of page
Rechercher

Visite de Clément Beaune sur le RER A, coup de chaud sur le RER B


Deux semaines après sa nomination, le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune, continue sa tournée auprès des principaux acteurs du secteur et les responsables des entreprises publiques. Après Jean-Pierre Farandou et la SNCF, l’aérien et la DGAC le 12 juillet, les professionnels du transport routier (FNTV, FNTR…) le 15, il a rencontré Catherine Guillouard, présidente de la RATP le 18 juillet. Une manière de démontrer «la mobilisation du ministère des Transports pour éviter les perturbations dues aux fortes chaleurs, faire passer les messages de prévention, et rappeler les avantages du transport public dans la réduction des émissions de GES», a déclaré Clément Beaune. La matinée a commencé par un entretien à la maison de la RATP, occasion pour le ministre et la présidente de l’opérateur historique parisien d’échanger sur «les questions sociales, la concurrence, les JO ou l’évolution du parc de matériel roulant», avant d’enchaîner sur une visite du poste de commande centralisé de la ligne A du RER (qui transporte près de 2 millions de passagers par jour), à Vincennes. Catherine Guillouard a ensuite présenté le dispositif spécifique mis en place aux principales stations du réseau francilien en période de canicule, comme le prévoit le contrat signé avec Ile-de-France Mobilités. Distribution de bouteilles d’eau et d’éventails, diffusion de messages d’information et de consignes de prévention… tout est mis en œuvre pour éviter le coup de chaud, aussi bien du côté des voyageurs que pour les agents. L’opérateur fait également preuve d’une attention particulière à l’égard de l’infrastructure, rails et caténaires. La maintenance prédictive va conduire à réduire la vitesse des métros en cas de surchauffe du rail, au-dessus de 53°C. «Ces mesures de réduction de la vitesse ont d’ailleurs été prises une fois, en juillet 2019 lors d’un précédent pic caniculaire», a précisé Catherine Guillouard.

Simultanément, au niveau de la gare du Nord, des centaines de voyageurs étaient bloqués sur les RER B et D en raison d’intrusions dans le tunnel commun aux deux lignes… et ont été évacués le long des voies après avoir patienté parfois plusieurs heures, sans eau ni éventails. Des dysfonctionnements malheureusement trop fréquents sur ce tronçon, où transitent plus de 1,5 million de voyageurs quotidiennement. De nouveaux matériels sont attendus pour 2025, et le système de signalisation doit être intégralement remplacé. C’est la règle (quasi) générale en Île-de-France : une belle opération de communication ici, et une grosse galère pour les usagers là-bas… en même temps. Pour le nouveau ministre des Transports, c’est aussi un rappel à la réalité, celle d’une infrastructure à bout de souffle, qui nécessite des investissements à la hauteur des ambitions affichées de réduction des émissions de GES. Clément Beaune, qui est reparti de Vincennes en RER, aura-t-il les moyens de remporter les arbitrages à Bercy pour concrétiser ses engagements? Sans quoi, l’automne pourrait connaître lui aussi quelques coups de chaud.

Sandrine Garnier

bottom of page