top of page
Rechercher

Covoiturage rural: des solutions au plus près des territoires



Financé par le biais des Certificats d’Economies d’Energie (CEE), le programme AcoTE porté par CertiNergy&Solutions (filiale d’Engie), l’Agence nationale des pôles d’équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP) et La Roue Verte a pour objectifs principaux de réduire l’autosolisme et les émissions de gaz à effet de serre liées aux déplacements quotidiens. «Nous travaillons en amont avec les territoires sur la définition de l’offre. Notre partenaire, La Roue Verte, préconise ensuite l’ouverture d’une ou plusieurs lignes en fonction des flux identifiés. L’étape suivante est l’ouverture de la ligne en expérimentation, pour permettre la recherche de conducteurs. Le service proprement dit ne démarre que si nous atteignons une masse critique de conducteurs», déclare Chloé Noual, directrice Stratégie chez CertiNergy & Solutions. En deux ans, le programme a permis de sensibiliser directement plus de 400 décideurs publics et de travailler sur la co-construction de 41 axes pour développer le covoiturage du quotidien. Les premières lignes de covoiturage en cours d’expérimentation couvrent 115 kilomètres, en Déodatie (autour de Saint-Dié des Vosges, dans le Grand Est), sur le plateau du Vercors (Auvergne-Rhône-Alpes), et les plus récentes ont été lancées le 23 mai en Pays Midi Quercy (de Nègrepelisse à Montauban, en Occitanie).

Lancé en 2020, le programme a démarré en pleine crise sanitaire, ce qui a entravé son déploiement. Il a été prolongé par l’Etat jusqu’au 31 décembre 2023. La démarche accompagne la généralisation des AOM voulue par la LOM, et permet de développer des offres de mobilité là où il n'y en a pas, à des coûts raisonnables. «Les demandes émanent principalement de PETR, de communautés de communes, mais les territoires engagés dans le programme sont très différents les uns des autres. Nous les invitons généralement associer les pôles urbains les plus proches à leur réflexion. Il faut aussi sensibiliser les responsables à ce que recouvre la notion de covoiturage : il n’y a pas un seul modèle, mais différentes solutions adaptables aux besoins de mobilité», indique Chloé Noual. Le plus souvent, la Région est également associée au projet. Le développement du covoiturage répond aussi aux préoccupations des ménages en matière de pouvoir d’achat : «Face à la hausse du prix des carburants, le covoiturage domicile - travail est devenu un véritable sujet», souligne Chloé Noual.

Sandrine Garnier


bottom of page