top of page
Rechercher

Greenmot présente un Crossway rétrofité électrique à Autocar Expo


Après avoir démarré son projet de rétrofit électrique sur un bus Iveco Urbanway en 2021, Greenmot a élargi sa feuille de route pour mieux répondre à la demande. Les retours des collectivités locales et des transporteurs ont convaincu l’équipe de se tourner vers un car scolaire, un segment qui apparait particulièrement bien adapté au rétrofit, en raison du kilométrage relativement faible effectué par les véhicules, qui restent donc en bon état général pour entamer une « seconde vie » électrique. C’est donc un Crossway électrifié qui sera présenté à l’occasion du Salon Autocar-Expo, du 12 au 15 octobre.

Les composants du moteur thermique ont été démontés par les équipes Greenmot, qui ont ensuite intégré la motorisation électrique en respectant les contraintes liées à la sécurité du véhicule. La transformation du car a été effectuée en préservant au maximum les espaces disponibles, mais certains arbitrages (sacrifice d’une soute) devront être faits pour obtenir une autonomie maximale. Le véhicule a déjà effectué plus de 1500 km en cellule d’essai, où il a notamment été testé sur une fourchette de température ambiante allant de -20°C à 40°C. Le car rétrofité a aussi effectué ses premiers tours de piste sur le site de Transpolis, et son homologation UTAC est attendue mi- 2023. «Les futurs kits commercialisés par Greenmot seront proposés avec différents niveaux d’autonomie. Pour répondre aux attentes du marché, leur coût devrait s’établir entre 210 et 250 000 €. Les prix seront aussi fonction de la taille des séries à rétrofiter. Le passage à l’échelle intervient à partir d’une vingtaine de véhicules», précise Alix Nouhaud, responsable communication de l’entreprise. En attendant les retours d’expérience des premiers véhicules utilisés en conditions réelles, les solutions de rétrofit n’en sont encore qu’aux prémices de leur développement industriel.

Transporteurs et autorités organisatrices attendent aussi des outils de financement adaptés à cette démarche. «Nous sommes en contact avec les partenaires financiers des collectivités locales, qui étudient des formules dédiées au rétrofit, en s’inspirant par exemple du financement des batteries», poursuit Alix Nouhaud. De son côté, Greenmot aménage actuellement un atelier de production de 2600 m2 dédié aux kits de rétrofit à Villefranche-sur-Saône. La société vient d'ailleurs d'enregistrer une première commande de la part de la SNT SUMA pour un rétrofit sur un car Crossway.

Sandrine Garnier

bottom of page