top of page
Rechercher

Ile-de-France: Valérie Pécresse appelle l’Etat à «recapitaliser et mieux financer SNCF Réseau»


Après avoir informé Valérie Pécresse en juillet dernier, des retards et des surcoûts sur les travaux du RER EOLE et du tramway T12, et du blocage de la modernisation de la signalisation des RER B et D, le patron de SNCF Réseau, Luc Lallemand, est venu s’expliquer le 13 septembre devant le conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités. «Cette audition a plongé les administrateurs d’IdFM dans une grande inquiétude», a lâché la présidente. En l’état actuel des choses, face à des surcoûts de 40 à 50% sur l’ensemble des projets et contraint à un équilibre budgétaire strict par son nouveau statut, SNCF Réseau n’a plus les moyens de poursuivre les missions inscrites au calendrier. Pour la présidente d’IdFM, Valérie Pécresse, c’est à la tutelle d’intervenir pour «sécuriser SNCF Réseau», de «le recapitaliser et de mieux le financer» à travers le contrat de performance. Elle va donc «saisir le ministre des Transports, Clément Beaune, pour obtenir une réponse de l’Etat» et éviter «l’arrêt des chantiers» franciliens. Pour elle, le gestionnaire de réseau est soumis à des «injonctions contradictoires» (priorités aux trains du quotidien, puis retour en grâce de la grande vitesse). «L’Etat veut à la fois mener de grands projets ferroviaires et rouvrir des petites lignes un peu partout en France. Il va falloir faire des choix », poursuit-elle. L’Ile-de-France représente 70% du trafic ferroviaire national, ajoute-t-elle, et la Région a déjà financé le projet Nexteo de modernisation de la signalisation des RER B et D pour plus de 1 Md€, dont 36% de provision pour risques et charges. L’appel d’offres a été lancé, trois entreprises ont été pré-sélectionnées, qui devraient logiquement remettre leur «best and final offer» pour un déploiement du nouveau système attendu en 2027. Cette nouvelle signalisation permettra d’optimiser les fréquences sur ces deux lignes de RER, qui transportent 1,6 million de voyageurs quotidiens. «Nexteo est aussi essentiel que le Grand Paris Express», souligne Valérie Pécresse. Elle rappelle aussi que le lancement de l’appel d’offre a déjà connu un an de retard, en raison des difficultés de SNCF Réseau.

Les retards annoncés sur les chantiers d’EOLE Ouest remettent en cause le calendrier de mise en service des prolongements vers La Défense (attendu en juin 2024) et Mantes-la-Jolie (décembre 2025). Ceci alors que les matériels roulants devraient être livrés sans retard, comme l'a confirmé Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom également auditionné par IdFM le 13 septembre. Il faudra aussi trouver de quoi financer les surcoûts, ce qui devrait alimenter les discussions sur le CPER 2022-27, dont les besoins d’investissements sont estimés à 10 Md€. Là encore, la présidente de la Région interpelle l’Etat, qui a voté un financement de 1,8 Md€. Les départements apportent quant à eux 1,5 Md€, Paris 500 M€, et la Région 4 Md€. «Il manque encore 2,8 Md€ de la part de l’Etat», assène Valérie Pécresse, qui ajoute que la Région avait consommé 80% du précédent CPER à la fin 2020.

Sandrine Garnier

bottom of page