top of page
Rechercher

L’Agence de financement des infrastructures aborde 2023 avec un budget record de 3,78 Md€



200 M€ de plus qu’en 2022 pour l’Afitf, l’Agence de financement des infrastructures de France. Désormais présidée par le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete (qui a succédé à Jean Castex), elle bénéficie cette année d’une enveloppe de 3,78 Md€ de crédits de paiement, en hausse d’un peu plus de 5%, une évolution légèrement inférieure à celle de l’inflation. Cette dynamique de croissance est conforme aux engagements inscrits dans la loi d’orientation des mobilités (LOM). 1,5 Md€ sont consacrés au rail, 1,2 Md€ à la route, 660 M€ aux transports en commun et mobilité actives, autrement dit au vélo. Le solde est destiné aux ports et à la voie d’eau.

En matière d’autorisation d’engagement, le budget atteint là aussi son plus haut avec 4,2 Md€. L’an passé, «toutes les autorisations d’engagements (3,06 Md€) ont été consommées, à l’exception d’une partie des AE réservées pour le 4e appel à projets TCSP, qui ont été reportées en 2023», admet le gouvernement.

Avec 100 M€ supplémentaires cette année «pour accroître l’effort de régénération du réseau ferroviaire», le budget initial adopté le 14 décembre répond, dans une certaine mesure, aux vives critiques que le secteur a adressées l’an passé au gouvernement. Régulateur, parlementaires, entreprises ferroviaires, régions avaient dénoncé les moyens insuffisants alloués par le contrat de performance Etat-SNCF Réseau à celui-ci pour enrayer le vieillissement des voies.

Ce budget initial poursuit par ailleurs la mise en œuvre du plan de relance et le financement des grands projets: canal Seine-Nord Europe, tunnel Lyon-Turin, LGV Roissy-Picardie et nouvelle route du littoral, à La Réunion.

Le gouvernement prévient que l’affectation de certaines sommes sera précisée une fois qu’il aura retenu sa stratégie d’investissement. Il s’appuiera sur le rapport du Conseil d’orientation des infrastructures, présidé par David Valence. Initialement prévue pour décembre, sa publication doit en principe intervenir en janvier. Son président laisse entendre qu’un des scénarios proposera des choix tranchés pour favoriser certains modes de transport.

Marc Fressoz



bottom of page