top of page
Rechercher

La BEI apporte un bon coup de pouce au développement des transport lyonnais


La Banque européenne d’investissement (BEI) va financer près d’un tiers des 2,55 Md€ d’investissements programmés par le Sytral Mobilités ces prochaines années. Elle prêtera 750 M€ à l’autorité organisatrice de Lyon et de ses alentours pour mettre en place le plan baptisé «Destinations 2026», évidemment axé sur la transition énergétique et le développement durable. A quoi servira concrètement ce prêt? A contribuer au financement des projets de l’exécutif local tels que la création de nouvelles lignes de tramway, de bus ou encore la modernisation des réseaux. «C’est aussi l’opportunité […] de maintenir le rythme ambitieux de renouvellement du matériel roulant dans l’objectif d’avoir, d’ici 2026, près de 400 nouveaux bus 100% bioGNV et électriques», souligne Bruno Bernard, président EELV de la Métropole de Lyon et du Sytral Mobilités. Le 3 novembre, celui-ci a signé avec Ambroise Fayolle, le vice-président de la Banque Européenne d’Investissement, une convention de financement.

Ces investissements profiteront aux prochains exploitants des transports urbain lyonnais, actuellement aux mains de Keolis. Rappelons que l’autorité organisatrice a choisi de séparer le réseau de métro et le réseau de tram et de bus. Chacun fera donc l’objet d’une DSP distincte à partir de 2025.

Ce n’est pas la première fois que la BEI cofinance en France des projets de transport urbain (travaux, achat de matériel roulant etc.) ou ferroviaires (achat de TER) en appoint notamment de fonds étatiques. Elle aussi injecté 100 M€ à parité avec la Banque des territoires dans une plateforme d’investissement baptisée «Bus propres» et destinée à financer la transition énergétique des flottes de bus.

Marc Fressoz



bottom of page