top of page
Rechercher

LA SNCF rompt avec la Renfe et fait cavalier seul sur Paris-Barcelone



La SNCF s’est séparée de la Renfe et fait désormais cavalier seul sur les relations entre la France et l’Espagne. A compter du 11 décembre, elle exploite elle-même avec des TGV Inoui les relations entre Paris et Barcelone avec une paire de trains aller et retour par jour. Le trajet d’environ 6h40, jalonné par plusieurs arrêts en Languedoc, permet aussi de capter une clientèle transfrontalière de proximité. La co-entreprise « Renfe SNCF en Coopération » a donc vécu. Elle avait commencé à fonctionner en 2013, pour profiter de l’ouverture du tunnel Perpignan-Figueras en s’aventurant sur un marché international naissant. L’annonce de la rupture, justifiée par le Français par de mauvais résultats économiques, a pris la Renfe au dépourvu. Elle a indiqué ne pas partager «ces motivations dans la mesure où l’on s’attend à une reprise de la demande internationale, après ces deux années de pandémie».

Une telle séparation s’inscrit dans la suite logique de l’ouverture à la concurrence progressive et parallèle des deux marchés domestiques. Ce mouvement conduit naturellement la Renfe et la SNCF à s’affronter frontalement. La compagnie espagnole, qui mène des essais d’homologation des rames Talgo en France, ambitionne d’exploiter dès que possible des trains entre Paris et Barcelone ainsi que sur le marché intérieur. Mais elle estime que le gestionnaire d’infrastructure français, filiale du groupe SNCF, lui met des bâtons dans les roues. L’offensive ibérique répond en réalité à l’implantation de la SNCF sur le réseau à grande vitesse espagnol. Avec son offre Ouigo, elle a démarré au printemps 2021 sur la ligne Madrid-Barcelone puis sur Madrid -Valence-Alicante, et le taux de remplissage dépasse les espérances.

Le marché outre-Pyrénées est particulièrement dynamique. Alors que la Renfe riposte chez elle à la SNCF avec une offre low-cost, déboule une nouvelle entreprise ferroviaire, Iryo. Celle-ci associe Trenitalia, Air Nostrum et le fonds d’infrastructures espagnol Global Via, qui vient d’acquérir 49% de l’Anglais Go-Ahead (ce dernier étant ailleurs partenaire de Lacroix-Savac pour répondre à des marchés de ligne de bus RATP). Iryo propose de nombreux aller et retours quotidiens entre la Catalogne et Madrid, et pourrait à terme venir titiller la SNCF sur l’axe franco-espagnol, laquelle espère tirer parti de son avance.

Marc Fressoz





bottom of page