top of page
Rechercher

Le Caire place Siemens à la tête d’un projet ferroviaire pharaonique



L’Egypte, qui entend s’attaquer de front à la pollution et à la congestion automobile, a choisi de confier à Siemens l’équipement en matériel roulant d’un réseau ferroviaire de 2000 km pour relier entre elles 60 villes du nord au sud du pays. «ll s’agit de la plus grosse commande en 175 ans d’existence!», se réjouit Roland Busch, le PDG de Siemens, qui le 28 mai a officialisé ce contrat de 8,1 Md€. C’est le point d’aboutissement d’un accord datant de 2019. Ce plan ferroviaire comprend la mise sur pied d’un service à grande vitesse (jusqu’à 230 km/h) et d’un réseau régional. Siemens Mobility livrera 41 trains à grande vitesse Velaro, 94 trains régionaux Desiro High Capacity et 41 locomotives de fret Vectron. Il assurera également l'aménagement de huit dépôts et chantiers et réalisera la maintenance pendant 15 ans. En réalité, ce marché comprend un contrat initial de 2,7 Md€ qui avait été signé le 1er septembre 2021, portant sur une première ligne de 660 km, baptisée le «canal de Suez sur les rails». Elle permet de relier les villes portuaires d'Ain Sokhna sur la mer Rouge à Marsa Matrouh et Alexandrie, sur la Méditerranée. Les deux autres lignes, respectivement de 1 100 km et 225 km, relieront Le Caire à Abou Simbel, près de la frontière soudanaise, ainsi que Louxor à Hurghada par la mer Rouge. Selon Siemens, à terme, «l'Egypte disposera du sixième réseau ferroviaire à grande vitesse le plus grand et le plus moderne au monde». Une vraie révolution pour les chemins de fer égyptiens marqués par leur vetusté et par plusieurs catastrophes meurtrières.

Reste à savoir si ce programme d’investissement gigantesque lancé par le chef de l’Etat égyptien, le général Sissi, pourra être mené à terme. Dans le pays, il est critiqué pour son coût et par rapport aux autres priorités de l’Egypte, comme la lutte contre la pauvreté. Le matériel roulant ne représente qu’un aspect. Si on inclut l’infrastructure, le besoin de financement se chiffre en dizaines de milliards d’euros…

Marc Fressoz

bottom of page