top of page
Rechercher

Le réparateur de trains de Railcoop va entrer à son capital


Décidément, Railcoop développe un modèle économique étonnant où un de ses prestataires importants va également devenir un de ses actionnaires. Il s’agit des ACC M, qu’elle a sélectionnés pour la rénovation de ses rames X72500. Railcoop a officialisé le 11 mai le choix de cet industriel et indique en même temps que «les ateliers ACC M ont récemment exprimé leur volonté d’entrer au capital social de Railcoop et rejoindront donc le collège des sociétaires partenaires techniques et financiers de la coopérative». Les deux partenaires donneront plus de détails lors d’une conférence de presse à Clermont-Ferrand, le 19 mai. On en saura plus sur le niveau d’investissement du prestataire au capital de son client. Un mélange des genres, même si la somme s’avère modique. Cette étape ne signifie pas que la rénovation des ex-rames TER va débuter dans la foulée. L’entreprise ferroviaire, qui a ajourné le démarrage de son train Lyon-Bordeaux, manque d’argent et doit d’abord dire où elle va. Sur 30 M€ nécessaires, il lui faut en trouver 23 environ afin de poursuivre l’ensemble de son plan de développement, et préciser le montant à prévoir pour la rénovation des rames X72500. . «Il s’agit dans un premier temps de faire auditer deux rames X72500 en profondeur (une bicaisse et une tricaisse) dans un souci d’optimisation technico-économique du cahier des charges en vue de la rénovation mi-vie des rames», détaille la société. Le verdict permettra d’avoir une idée du devis de cette remise à neuf de sa dizaine de trains, qui se chiffrera en millions d’euros.

En circonscrivant ce risque, Railcoop espère séduire banquiers ou fonds d’investissement, dont l’apport permettra de lancer l’opération à mi-vie des rames. Et bien plus encore, d’éviter à l’aventure coopérative et à ses milliers de sociétaires de rester à quai. Les ACC ont été choisis par appel d’offres. CAF, Alstom et Masteris regardaient également le dossier. Basée à Clermont-Ferrand, l’entreprise spécialisée dans la rénovation de matériel ferroviaire a été reprise fin 2019 par un industriel indépendant, Thierry Torti, via sa holding TTH. La région Auvergne-Rhône Alpes, que préside Laurent Wauquiez (qui était aussi président de l’ex-conseil régional d’Auvergne) avait appuyé cette reprise. C’est elle également qui, avec la SNCF, a vendu à Railcoop, à prix d’ami, ses vieilles rames diesel X72500. Un cadeau empoisonné?

Marc Fressoz

bottom of page