top of page
Rechercher

Les transports plus que jamais sans tête dans un Gouvernement Borne en sursis



Il n’y avait déjà pas de ministre des Transports dans le Gouvernement d’Élisabeth Borne, formé avant les législatives. Il n’y aura plus la même ministre de la Transition écologique, dans le prochain Gouvernement. Amélie de Montchalin, qui assurait la tutelle sur le secteur, a été battue au second tour des législatives le 19 juin, dans l'Essonne, et doit donc quitter son poste. Dans l’exécutif, la place du transport est donc en friche comme jamais. Le Président de la République, Emmanuel Macron, doit en effet trouver un(e) titulaire pour l’environnement et un(e) pour l’écologie.

En fait, l’incertitude est totale et concerne globalement tout l’exécutif. Ensemble, la coalition d’Emmanuel Macron, a perdu la majorité absolue à l’Assemblée nationale, où le RN et LFI ont réalisé une percée qui rend le pays ingouvernable, la majorité présidentielle étant à 45 sièges de la majorité absolue. Emmanuel Macron a reconduit le 21 juin le gouvernement d’Élisabeth Borne pour des raisons techniques mais le maintien à Matignon de cette ex-PDG de la RATP n’est pas assuré, même si elle a été élue pour la première fois députée dans le Calvados, mais avec une faible avance (52,4%). Peu charismatique, davantage techno que politique par son profil, critiquée au sein même de la majorité, elle n’est pas forcément armée pour transiger avec les forces politiques d’opposition.

A l’Assemblée, peu de députés marcheurs spécialistes du transport ont sauvé leur place: Jean-Marc Zulesi (Bouches-du-Rhône), Jean-Luc Fugit (Rhône), Damien Adam (Seine Maritime), Marie Lebec (Yvelines), Barbara Pompili (Somme), Rémy Rebeyrotte (Saône-et-Loire) ont été réélus. En revanche, Laurianne Rossi (Hauts-de-Seine), Anne-Laure Cattelot (Nord), Bérangère Abba (Haute-Marne), Antoine Vieillard (Haute-Savoie) quittent l’Assemblée. Damien Pichereau ne se représentait pas, tout comme Jean-Baptiste Djebbari. Benoît Simian (Gironde), qui avait quitté En Marche lors de la dernière mandature, a quant à lui été battu au 1er tour. A noter que le président du Conseil d’orientation des infrastructures, David Valence (Vosges), maire de Saint-Dié et vice-président de la région Grand Est, fait son entrée à l’Assemblée. Il faut également signaler qu’un nouveau président devra être nommé à l’AFIT-F, si Christophe Béchu, devenu ministre chargé des Collectivités territoriales, continue sa carrière gouvernementale.


Marc Fressoz

bottom of page