top of page
Rechercher

Les véhicules électriques plus accidentogènes que les modèles thermiques



Les conducteurs de véhicules électriques causent 50% de collisions en plus occasionnant des dommages à leur propre véhicule que les propriétaires de modèles thermiques, selon les spécialistes en accidentologie de la branche suisse de l’assureur Axa. Le phénomène s’aggrave encore en fonction de la puissance du véhicule. Michael Pfäffli, responsable Recherche accidentologique et prévention chez Axa, explique ce phénomène: «La majorité des voitures électriques, notamment les modèles puissants, offre un couple très élevé. Il suffit d’effleurer l’accélérateur pour s’en rendre compte. Cela peut se traduire par une accélération involontaire par à-coups, incontrôlable.» Cet effet qualifié d’overtapping peut provoquer une perte de contrôle du véhicule. Les chercheurs d'Axa Suisse se sont appuyés sur une étude réalisée auprès de conducteurs de véhicules électriques, et sur des crash test.

Autre point d’attention pointé par les travaux des chercheurs d’Axa Suisse: la fragilité des bas de caisse des véhicules électriques. Les fabricants sont appelés à ne pas sous-estimer ce risque et à assurer une protection appropriée, notamment en équipant cette partie du véhicule d’une plaque en titane ou composée d’un matériau hautement résistant équivalent. Les chercheurs en accidentologie d’AXA recommandent par ailleurs l’exécution d’un scénario de crash test supplémentaire par l'organisme international indépendant EuroNcap, afin de vérifier la stabilité des bas de caisse. En cas d’accident, cette vulnérabilité du bas de caisse ne suffit pas à protéger la batterie, qui pourrait prendre feu. Les chercheurs soulignent néanmoins, que le risque d’incendie reste très faible, même s’il est supérieur à celui des modèles à combustion. Toutefois, «quand ils prennent feu, compte tenu du phénomène d’emballement thermique, autrement dit de la combustion des cellules de la batterie, la situation devient critique», déclare Michael Pfäffli.

Sandrine Garnier

bottom of page