top of page
Rechercher

Renouvellement des véhicules: des normes "contre-productives" pour les transports publics



«Le constat est sans surprise celui d’une hausse significative et généralisée du coût total de possession»: l’actualisation de l’étude sur les coûts de possession des autobus publiée par la Centrale d’achat des Transports publics (CATP) permet d’objectiver les conséquences des hausses des prix de l’énergie. «Les normes imposées par l’Etat pour renouveler les véhicules de transport public avec des technologies très onéreuses et pas encore complètement abouties sont globalement contre-productives en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Elles ont pour effet de ralentir le renouvellement des véhicules les plus polluants, mais aussi de limiter la capacité financière des collectivités dans le maintien voire l’augmentation de l’offre de transport», assène le communiqué de la CATP diffusé le 9 décembre. Les 100 M€ annoncés quelques jours plus tôt par le ministre des Transports, Clément Beaune, pour compenser l’alourdissement des coûts d’exploitation lié à l’augmentation des prix des carburants, sont jugés insuffisants par les représentants des AOM, qui réclament toujours un soutien de 5 Md€ sur 5 ans pour le développement des transports du quotidien. A l’instar de ses collègues du Gart, Catherine Pila, présidente d’Agir Transport, estime que le compte n'y est pas: «Les transports publics et les mobilités douces sont les seules solutions pour limiter l’usage de la voiture individuelle et donc décarboner la mobilité du quotidien. Les collectivités doivent donc être aidées et non empêchées dans leurs projets de mobilité!»

L’étude de la CATP montre que l’augmentation du TCO varie selon les motorisations, et s’avère limitée pour l’électrique, «car la seule énergie pèse assez peu dans le coût global du véhicule, dans lequel l’acquisition et la maintenance (du fait du renouvellement des batteries à mi-vie) représentent la part la plus significative». Même tendance pour l’hydrogène, «dont le TCO a été revu à la hausse en fonction des coûts de production de l’énergie et ce malgré une diminution du prix d’acquisition» des véhicules. L’actualisation inclut d’ailleurs les nouveaux référencements opérés par la CATP. En revanche, l’étude CATP met en relief l’impact de la hausse du coût de l’énergie pour les véhicules GNV/BioGNV, largement due à «l’indexation du prix du biogaz sur le gaz, lui-même indexé sur le prix du pétrole, ce qui s’avère un non-sens dans la mesure où le biométhane devrait représenter une alternative aux énergies fossiles».

Sandrine Garnier

bottom of page