top of page
Rechercher

RER métropolitains et LGV : ces élus qui veulent les deux



Rail, route, transport urbain, vélo? Alors que le gouvernement annoncera bientôt, sur la base du rapport du Conseil d’orientation des infrastructures (COI) attendu fin janvier, vers quel type de mobilités il entend orienter ses investissements, en matière ferroviaire, certains élus ne se contentent pas des coûteux projets de RER métropolitains. Certains demandent aussi le «développement de liaisons à grande vitesse», comme vient de le faire la présidente LR de la région Pays de la Loire, Christelle Morançais. Son «objectif est de mettre Paris à moins de 2 heures de Nantes, quelle que soit la solution technique retenue», ce qui ouvre toutefois la porte à la solution moins maximaliste d’une modernisation de la ligne existante.

L’élue a formulé sa demande à Nantes le 6 janvier, à l’occasion de l’annonce de la mise en place d’une «task force» pour coordonner le développement d’un RER Métropolitain. Elle a rencontré le PDG du groupe SNCF, Jean-Pierre Farandou, qui chapeaute la filiale SNCF Réseau et interpelle le gouvernement. Concernant la liaison avec Paris, les Pays-de-la-Loire demandent à l’Etat de tenir les engagements pris en contrepartie de l’abandon du projet de l’aéroport de Notre-Dame des Landes. En février 2019, la région a signé avec l’ex-Premier ministre Edouard Philippe un accord qui prévoyait la modernisation de la liaison Nantes-Paris et le projet d’amélioration du contournement de la capitale, via Massy-Valenton «qui vise, notamment, à assurer une meilleure desserte des aéroports parisiens», rappelle la collectivité.

D’autres présidents de région et de grandes métropoles mènent aussi un lobbying intense en courant à la fois le lièvre des trains quotidiens et celui des TGV. C’est le cas d’Alain Rousset, président PS de Nouvelle Aquitaine, et de Carole Delga, son homologue PS d’Occitanie, qui maintiennent la pression sur l’Etat pour obtenir la réalisation des lignes Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse, en parallèle aux RER métropolitains locaux. Ces deux types d’infrastructures et de services ne sont cependant pas incompatibles, car supprimer les embouteillages ferroviaires dans ces nœuds facile le raccordement aux LGV.

Marc Fressoz



bottom of page