top of page
Rechercher

Retour en force pour l'autocar?


«Les transports collectifs sont une solution d’avenir. Le transport routier de voyageurs (TRV) représente une contribution indispensable à nos stratégies de décarbonation», a déclaré le ministre des Transports, Clément Beaune, devant les professionnels réunis pour le congrès de la FNTV, le 16 novembre, à la Maison de la Chimie, à Paris. Pour ses 30 ans, la fédération professionnelle du TRV fait face à de multiples crises: tensions sur l’énergie, pénurie de conducteurs, conséquences de la pandémie de Covid-19, inflation des coûts de production… Si l’équipe de la FNTV, avec Jean-Sébastien Barrault à sa tête, a su défendre les intérêts du secteur pendant les confinements successifs, l’heure de la trêve n’a pas (encore) sonné. Et la réforme annoncée des retraites va ajouter son lot de dossiers sociaux, avec la nécessaire évolution du Congé de fin d’activité.

Toutefois, même si le futur proche reste préoccupant, les mots du ministre et les échanges de la journée traduisent bien une certaine prise de conscience. L’autocar n’est plus considéré comme une nuisance, mais comme une piste de développement des transports du quotidien, en complément du ferroviaire: «la force des territoires», comme le résume la thématique choisie pour ce congrès 2022. Les évolutions en cours sur les modalités d’application des ZFE, les réflexions sur la place des biocarburants de nouvelle génération dans le mix énergétique, les efforts partagés pour redonner de l’attractivité aux métiers du TRV… tout concourt à redonner confiance à une profession qui se laissait gagner par le doute. Après les belles déclarations, reste à voir se concrétiser les preuves d’un amour retrouvé, ou tout au moins d’un soutien concret et pragmatique aux solutions de mobilité durable efficaces et immédiatement disponibles.

Sandrine Garnier

bottom of page