top of page
Rechercher

Retrait des 149 Bluebus parisiens : aucune compensation demandée à Bolloré


Après un second incendie survenu à Paris dans la matinée du 29 avril, la RATP a décidé de retirer de la circulation 149 Bluebus «par mesure de sécurité». Par chance, comme pour l’embrasement du 3 avril, aucune victime n’est à déplorer, le conducteur ayant eu le temps d’évacuer les passagers. Bluebus, qui a été sélectionné dans les deux commandes «massives» de bus électriques passées en 2019 et 2021, assurait pourtant que ses batteries «tout solide» Lithium Métal Polymères ne présentaient aucun risque d’inflammation, «puisqu’elles n’utilisent ni terres rares, ni solvants, ni cobalt, contrairement à celles au lithium-ion»L’opérateur, qui a «demandé une expertise complète au constructeur Bolloré afin de donner les explications sur les causes de ces incidents et proposer un plan d’action pour permettre une remise en exploitation», va redispatcher ses véhicules pour minimiser les perturbations sur le réseau. A ce stade, la RATP juge «prématuré» de demander des compensations financières à Bolloré. Sur cette question, même retour évasif d’Ile-de-France Mobilités. La disponibilité des matériels ne serait-elle pas garantie dans le contrat? A moins que, tant que la responsabilité n'est pas clairement établie, ce genre de clause ne puisse s'appliquer.

Du côté de Daimler, qui propose depuis 2018 l’option des batteries Bolloré sur son Citaro électrique, on assure que les véhicules équipés de cette technologie sont dotés d’un software qui permet d'éviter tout risque d'embrasement. Le partenariat avec Blue Solutions n’est d’ailleurs pas remis en cause, dit-on également. Pourtant, les dirigeants de Daimler Trucks ont choisi la technologie NMC pour les batteries hautes performances qui permettront à l’eCitaro nouvelle génération d’afficher 300 km d’autonomie, et sera disponible en fin d’année 2022. Dont acte.

Sandrine Garnier

bottom of page