top of page
Rechercher

Surchauffes en série pour les batteries Bolloré ?


Un bus électrique Bluebus de 12 m s’est embrasé lundi 4 avril en plein Paris. Aucun blessé n’est à déplorer, le conducteur ayant eu le temps d’évacuer les passagers. «Il est encore trop tôt à ce stade pour connaître les causes du sinistre. La RATP a diligenté une enquête à laquelle nous coopérons pleinement», indique-t-on chez Bluebus. «Pas de blessés heureusement, mais 500 K€ partis en fumée (…) Il faut en identifier les causes», commente pour sa part la Fnaut Ile-de-France dans un tweet. Selon certains témoignages, des éclairs auraient été observés sur le toit du bus avant les premiers dégagements de fumée. Pourrait-il s’agit d’un emballement thermique dû au dysfonctionnement de la batterie? Encore une fois, la prudence s’impose quant aux conclusions de l’enquête en cours. D'autres évènements similaires sont survenus récemment, impliquant les batteries LMP pourtant présentées par le constructeur breton comme particulièrement sûres. En Allemagne, en septembre dernier, un incendie s'est déclaré dans un dépôt de bus à Stuttgart, détruisant 20 véhicules et intoxiquant six salariés. D'après les premiers éléments de l'enquête, l'origine du feu serait due à un problème survenu sur un eCitaro, équipé... de batteries Bolloré. En mars 2021, deux autres eCitaro livrés à Munich avaient déjà rencontré des problèmes de surchauffe, Daimler reconnaissant un possible «défaut d’isolation dans les modules». Entre 2011 et 2018, des dizaines d'Autolib, dotées de la même technologie de batterie, avaient également brulé (en partie du fait d'actes de vandalisme). Et plusieurs incendies se sont déclarés sur les sites de production et de stockage des batteries Bolloré, notamment à Ergué-Gabéric, près de Quimper.

Le risque est lié au lithium, présent dans la majorité des batteries, y compris dans les objets du quotidien, à tels point que les départs de feu sont devenus fréquents sur les sites de recyclage. L'engouement pour les engins de déplacement à assistance électrique a conduit l’Institut national de recherche et de sécurité pour la santé au travail (INRS) à publier une vidéo sur la prévention du risque, en coopération avec l’opérateur de vélos électriques en free-floating Dott. Et la généralisation des véhicules électriques va mathématiquement accroître le risque. Que se serait-il passé si une ou plusieurs voitures électriques s'étaient trouvées à proximité du bus en feu, le 4 avril à Paris? Quelles auraient été les conséquences d'un tel incident dans les embouteillages, ou sous un tunnel routier? les résultats de l'enquête menée par la RATP, et de l’analyse du sinistre par le BEA TT, devraient permettre à terme d’améliorer la sécurité des véhicules électriques. Il en va de la fiabilité de l’électromobilité.

Sandrine Garnier

bottom of page