top of page
Rechercher

Véhicule électrique: Stellantis lance une offre dédiée aux chauffeurs Uber



Stellantis va proposer des conditions attractives aux chauffeurs Uber qui veulent s’équiper d’un véhicule électrique. Ce partenariat s’inscrit dans la stratégie de décarbonation de la plateforme de VTC, qui vise une électrification totale de ses trajets d’ici à 2030. Pour Uber France, cet objectif passe par une conversion de 50% de la flotte à l’électrique en 2025. Après avoir conclu un partenariat avec Renault en 2020, et un autre avec TotalEnergies un an plus tard concernant un accès privilégié aux bornes de charges, Uber poursuit donc sur sa lancée. «Pour mieux accompagner nos chauffeurs, nous avons mis en place un fonds spécifique alimenté par un prélèvement de 3 centimes par km effectué en véhicule thermique, payé par le passager. Uber double cette somme en ajoutant 3 centimes. Un chauffeur qui circule 42 h par semaine pendant 3 ans peut ainsi débloquer jusqu’à 4500€ utilisables pour financer l’acquisition d’un véhicule électrique, qui s’ajoutent aux autres aides», souligne Laureline Serieys, General Manager d’Uber France. Du côté de Stellantis, le potentiel de commandes généré par ce partenariat est évalué à 1500 unités d’ici à 2025, sur une série de modèles tels que e2008, ë-C4, Mokka-e, Zafira-e, e-SpaceTourer, e-Traveller, e-Rifter, e-Berlingo, Combo-e Life, Vivaro-e. S’y ajoute, à partir de la mi-octobre, la C4X, spécialement adaptée à l’activité VTC grâce à son confort et son volume intérieur. Le partenariat avec Uber est géré par Free2move, filiale du groupe automobile dédiée à la mobilité, qui développe des offres autour de l’automobile, de l’autopartage (Free2move a notamment racheté Sharenow en juillet dernier) à la location courte et moyenne durée.

Reste à savoir si les chauffeurs VTC seront séduits par les conditions préférentielles qui leur seront faites, et que le constructeur préfère garder «confidentielles». Aujourd’hui, les modèles du groupe représentent 25% des 30 000 véhicules enregistrés par Uber France. Une flotte déjà convertie à 47% à l’électrique ou à l’hybride. Autre interrogation: combien de chauffeurs pourront prétendre à l’aide maison de 4500€, sachant que les restrictions et confinements de 2020 et 2021 ne leur auront pas permis d’effectuer des kilométrages nécessaires. Laureline Serieys mise sur l'appétence du marché: «les trajets en électrique ont été multipliés par 6 en un an», pointe-t-elle. Et les retours des chauffeurs passés à l’électrique sont très positifs: d’une part, ils peuvent étaler sur 9 ans au lieu de 6 l’amortissement de leur véhicule ; d’autre part, ils font des économies de maintenance. Ce qui est certain, c’est qu’ils devront, d’une manière ou d’une autre, passer à l’électrique s’ils veulent continuer à travailler sous la bannière Uber, qui n’accepte plus de nouveaux véhicules diesel sur son application, et valorise son offre Green. Présente dans 24 villes en France et forte de 5 millions d’utilisateurs, la plateforme de VTC doit aussi s’adapter au déploiement des ZFE.

Sandrine Garnier

bottom of page